LE ROCHER DE LA LORELEI

lorelei

Lorelei

Lorelei est le nom d'un rocher qui culmine à 132 mètres au dessus du Rhin à proximité de Saint Goarshausen. C'est l'endroit le plus étroit du fleuve entre la Suisse et la mer du Nord. Le courant très violent et les nombreux rochers immergés ont causé de nombreux accidents maritimes. Loreley est aussi le nom d'une nixe (nymphes de la mythologie germanique) qui attire les navigateurs du Rhin à la perdition par ses chants, comme les sirènes de la mythologie grecque ancienne. Cette légende de la Lorelei sur son rocher a inspiré de nombreux artistes, dont le poète allemand Heinrich Heine qui écrivit en 1824 l'histoire (Die Lore-Ley) qui sera mise en musique et popularisée par le compositeur Friedrich Silcher.

rocherlorelei
lorelei2

Clemens Brentano

Lorelei est une jeune fille qui, assise sur le rocher du même nom, chante.
Les marins passent en bateaux et l'entendent. Ils sont comme envoutés par ce chant si beau, si mélodieux, qu'ils en oublient les courants du Rhin et chavirent. A l'origine, la Lorelei a été conçue pour symboliser l'amour passionnel dans la littérature : dans une ballade (Zu Bacharach am Rheine...), 1801) du poète rhénan Clemens Brentano, la Lorelei apparut d'abord comme le nom d'une femme. Laure Lay a été trompée par son amant. Sur le chemin du cloître, elle veut jeter un dernier regard du rocher sur son château. Alors qu'elle pense voir un bateau s'éloigner, elle tombe dans le fleuve. Brentano a écrit plusieurs variations du thème de la Lorelei. Le motif d'une femme blonde et malheureuse qui se peigne sur un rocher, apparaît pour la première fois dans son conte rhénan à partir de 1810. plus tard, elle passa d'un fantôme à une femme fatale. A la fin du XXéme siècle, elle prit pour quelques poètes la fonction de symbole national, semblable aux Valkyries. La littérature du XXéme siècle se détournera de cette interprétation. Elle apparaît sous de nombreuses formes dont certaines sont ironiques, et perpétue ainsi le mythe de la Lorelei. En France, elle est surtout connue à travers le poème de Guillaume Apollinaire, La Loreley que l'on retrouve dans le recueil Alcools, ou encore dans Lorely de Gérard de Nerval lors du récit de son voyage sur les bords du Rhin.

Texte original

Ich weiß nicht was soll es bedeuten,
Dass ich so traurig bin;
Ein Märchen aus alten Zeiten,
Das kommt mir nicht aus dem Sinn.

Die Luft ist kühl und es dunkelt,
Und ruhig fließt der Rhein;
Der Gipfel des Berges funkelt
Im Abendsonnenschein.

Die schönste Jungfrau sitzet
Dort oben wunderbar;
Ihr goldnes Geschmeide blitzet,
Sie kämmt ihr goldenes Haar.

Sie kämmt es mit goldenem Kamme
Und singt ein Lied dabei;
Das hat eine wundersame,
Gewaltige Melodei.

Den Schiffer im kleinen Schiffe
Ergreift es mit wildem Weh;
Er schaut nicht die Felsenriffe,
Er schaut nur hinauf in die Höh.

Ich glaube, die Wellen verschlingen
Am Ende Schiffer und Kahn;
Und das hat mit ihrem Singen
die Lorelei getan.

lorelei3

Traduction Pierre le Pan

Je ne sais dire d'où me vient
La tristesse que je ressens.
Un conte des siècles anciens
Hante mon esprit et mes sens.

L'air est frais et sombre le ciel,
Le Rhin coule paisiblement
Les sommets sont couleur de miel
Aux rayons du soleil couchant.

Là-haut assise est la plus belle
Des jeunes filles, une merveille.
Sa parure d'or étincelle,
Sa chevelure qu'elle peigne.

Avec un peigne d'or est pareille
Au blond peigne d'or du soleil,
Et l'étrange chant qu'elle chante
Est une mélodie puissante.

Le batelier sur son esquif
Est saisi de vives douleurs,
Il ne regarde pas le récif,
Il a les yeux vers les hauteurs.

Et la vague engloutit bientôt
Le batelier et son bateau...
C'est ce qu'a fait au soir couchant
La Lorelei avec son chant.